Main Menu

À l’origine, les Champs-Élysées ne sont que des terrains marécageux et inhabités. Marie de Médicis décide d’y faire aménager au-delà du palais des Tuileries, le long de la Seine, une longue allée bordée d’ormes et de tilleuls : le cours la Reine, s’inspirant de la promenade florentine des Cascine, est ouvert en 16165.

Louis XIV, vers 1670, charge André Le Nôtre, le paysagiste du château de Versailles et, à Paris, du jardin des Tuileries, de poursuivre l’aménagement de ces terrains6. Celui-ci trace dans l’axe du pavillon central du Palais des Tuileries, depuis l’actuelle place de la Concorde jusqu’à l’actuel rond-point des Champs-Élysées-Marcel-Dassault, en direction de la montagne du Roule — qui se situait à l’emplacement de l’actuelle place de l’Étoile — une belle avenue bordée de terrains où sont aménagés des allées d’ormes et des tapis de gazon. On l’appelle le Grand-Cours pour la distinguer du cours la Reine, ou encore la Grande allée du Roule, l’avenue de la Grille Royale (1678), l’avenue du Palais des Tuileries (1680) et les Champs-Élysées, nom qui apparaît en 1694 mais qui n’est définitivement fixé qu’en 1709 comme en attestent les comptes royaux7. Ce nom est choisi d’après le terme mythologique probablement en opposition à la partie basse marécageuse, malsaine où étaient signalées des femmes de petite vertu